Nouvelles recettes

Que feriez-vous au Playboy Club dans l'espace ?

Que feriez-vous au Playboy Club dans l'espace ?


Le magazine masculin s'est associé à Virgin Galactic pour imaginer quelque chose dans l'espace

Depuis que la NASA a décidé de recruter testeurs de goût pour une simulation de Mars expérience, nous nous demandons tous ce que mangent les vrais astronautes (NPR rapporte que c'est de la sauce piquante, pas de crème glacée, dont les explorateurs spatiaux raffolent).

Eh bien, on dirait que Playboy a intensifié son jeu. Le magazine masculin s'est associé à Virgin Galactic pour créer un Playboy Club dans l'espace. Les résultats sont dans le numéro de mars du magazine, montrant une station spatiale privée avec "un club de danse en apesanteur, un casino avec" roulette humaine "et un restaurant pour une cuisine raffinée", Espace.com rapports.

Le restaurant serait construit dans une section tournante, de sorte que les convives et leur nourriture ne flotteront pas (contrecarrant l'apesanteur, semble-t-il). Quant à la boîte de nuit, il n'y aura pas de fenêtres, mais les boissons seront servies par des lapins Playboy dans des jetpacks. Il y aura cependant des fenêtres dans le "dôme de plaisir orbital", naturellement.

Étant donné que Virgin Galactic essaie toujours de rendre le tourisme spatial possible, le Playboy Club dans l'espace ne serait qu'un lieu de destination, nous devinons. "Le Playboy Club dans l'espace sera sur une station en orbite, comme un bateau de croisière", a déclaré A.J. Baime et Jason Harper ont écrit dans la description. Ensuite, les croisières spatiales de Paula Deen.


Playboy et Virgin Galactic fantasment sur un club spatial masculin cosmique

Nous imaginons que le restaurant a de la gravité, pour éviter le chaos. " Les intérieurs froids sont un grand obstacle pour la plupart des gens dans l'espace ", a déclaré Frey. "Ils ne trouvent pas le look Star Wars invitant." Ces intérieurs sont chaleureux et élégants. (Thomas Tenery/Entreprises Playboy)

Playboy est sur le point de se lancer dans la dernière frontière, du moins dans son imagination.

L'emblématique société de magazines pour adultes a imaginé une vision d'un Playboy Club dans l'espace – une représentation tentaculaire d'amusement et de jeux inspirés de la science-fiction sur une immense station spatiale privée – en collaboration avec la société de tourisme spatial Virgin Galactic. Les résultats apparaissent dans le numéro de mars du magazine Playboy en kiosque maintenant.

Un club de danse en apesanteur, un casino avec « roulette humaine » et un restaurant gastronomique ne sont que quelques-unes des commodités imaginées par l'artiste Thomas Tenery et publiées par Playboy Tuesday (22 février). Le magazine a travaillé avec plusieurs futurologues et scientifiques, dont le designer en chef de Virgin Galactic, Adam Wells, pour illustrer le potentiel espace Playboy Club.

"Alors que Virgin Galactic est sur le point de devenir la première ligne spatiale commerciale au monde, Playboy réfléchit avec impatience à la création de la destination de divertissement intergalactique ultime", a déclaré le directeur éditorial de Playboy, Jimmy Jellinek, dans un communiqué. "Ce paradis dans les cieux dépassera les rêves les plus fous des voyageurs aux yeux étoilés, et les invités vivront vraiment une fête hors de ce monde."

Fondée par le milliardaire britannique Sir Richard Branson, Virgin Galactic est une société spatiale privée qui cherche à devenir le premier service de transport spatial de passagers au monde. La société a construit le premier vaisseau spatial suborbital commercial, appelé SpaceShipTwo, et vend des billets pour des vols à 200 000 $ par siège.

Les premiers vols d'essai propulsés par fusée de SpaceShipTwo sont attendus plus tard cette année. Le vaisseau spatial à lancement aérien a déjà effectué une série de tests de chute non motorisés et de vols captifs avec son énorme vaisseau-mère, le WhiteKnightTwo.

Les clubs Playboy ont été lancés par le fondateur du magazine Hugh Hefner dans les années 1960. Mais chaque Playboy Club a la même limitation : il est bloqué sur Terre.

"Le Playboy Club dans l'espace sera sur une station en orbite, comme un bateau de croisière", a écrit les écrivains de Playboy A.J. Baime et Jason Harper expliquent dans une description. "L'orbite de la Terre est une idée, mais elle pourrait également voyager autour d'autres corps célestes." [Galerie : Playboy's Space Club et autres idées de stations spatiales privées]

Les peintures de Tenery suggèrent que le club pourrait être construit sur une vaste station spatiale en forme de roue qui tournerait pour créer une sorte de gravité artificielle. Des cargos sans pilote pourraient être tirés jusqu'à la station spatiale pour garder le club approvisionné en fournitures.

"Vous pourriez littéralement vous balancer du côté obscur de la lune", a déclaré Wells à Playboy.

Un gros argument de vente serait le restaurant, qui serait intégré à la section de filature afin que les convives (et leur nourriture) ne flottent pas de leurs sièges et de leurs tables, ont expliqué Baime et Harper, qui ont également demandé l'avis du futuriste Thomas Frey du Davini. Groupe de réflexion de l'Institut et ancien scientifique de la NASA Stan Kent.

Une pléthore de fenêtres (les fusées SpaceShipTwo de Virgin Galactic sont couvertes de fenêtres) donneraient également aux convives l'atmosphère – jeu de mots – de voler dans l'espace. Dans les représentations de Tenery, la salle de jeu spatial comprendrait un système de roulette dans lequel vous êtes la balle, ainsi que le saut à l'élastique en apesanteur et la barre d'espace obligatoire.

Il n'y aurait pas de fenêtres dans le club de danse en apesanteur, mais il y aurait des boissons, servies par des lapins Playboy portant des jetpacks. Et il y aurait des fenêtres extérieures dans le "dôme de plaisir orbital" privé, afin que les amateurs de club puissent contempler la Terre pendant les intermèdes romantiques, y compris, vous l'aurez deviné, le sexe dans l'espace, ont ajouté les écrivains.

"L'ensemble du Kama Sutra devra être réinventé selon les règles de la physique de l'apesanteur", ont écrit Baime et Harper.


Playboy et Virgin Galactic fantasment sur un club spatial masculin cosmique

Nous imaginons que le restaurant a de la gravité, pour éviter le chaos. " Les intérieurs froids sont un grand obstacle pour la plupart des gens dans l'espace ", a déclaré Frey. "Ils ne trouvent pas le look Star Wars invitant." Ces intérieurs sont chaleureux et élégants. (Thomas Tenery/Entreprises Playboy)

Playboy est sur le point de se lancer dans la dernière frontière, du moins dans son imagination.

L'emblématique société de magazines pour adultes a imaginé une vision d'un Playboy Club dans l'espace – une représentation tentaculaire d'amusement et de jeux inspirés de la science-fiction sur une immense station spatiale privée – en collaboration avec la société de tourisme spatial Virgin Galactic. Les résultats apparaissent dans le numéro de mars du magazine Playboy en kiosque maintenant.

Un club de danse en apesanteur, un casino avec « roulette humaine » et un restaurant gastronomique ne sont que quelques-unes des commodités imaginées par l'artiste Thomas Tenery et publiées par Playboy Tuesday (22 février). Le magazine a travaillé avec plusieurs futurologues et scientifiques, dont le designer en chef de Virgin Galactic, Adam Wells, pour illustrer le potentiel espace Playboy Club.

"Alors que Virgin Galactic est sur le point de devenir la première ligne spatiale commerciale au monde, Playboy réfléchit avec impatience à la création de la destination de divertissement intergalactique ultime", a déclaré le directeur éditorial de Playboy, Jimmy Jellinek, dans un communiqué. "Ce paradis dans les cieux dépassera les rêves les plus fous des voyageurs aux yeux étoilés, et les invités vivront vraiment une fête hors de ce monde."

Fondée par le milliardaire britannique Sir Richard Branson, Virgin Galactic est une société spatiale privée qui cherche à devenir le premier service de transport spatial de passagers au monde. La société a construit le premier vaisseau spatial suborbital commercial, appelé SpaceShipTwo, et vend des billets pour des vols à 200 000 $ par siège.

Les premiers vols d'essai propulsés par fusée de SpaceShipTwo sont attendus plus tard cette année. Le vaisseau spatial à lancement aérien a déjà effectué une série de tests de chute non motorisés et de vols captifs avec son énorme vaisseau-mère, le WhiteKnightTwo.

Les clubs Playboy ont été lancés par le fondateur du magazine Hugh Hefner dans les années 1960. Mais chaque Playboy Club a la même limitation : il est bloqué sur Terre.

"Le Playboy Club dans l'espace sera sur une station en orbite, comme un bateau de croisière", a écrit les écrivains de Playboy A.J. Baime et Jason Harper expliquent dans une description. "L'orbite de la Terre est une idée, mais elle pourrait également voyager autour d'autres corps célestes." [Galerie : Playboy's Space Club et autres idées de stations spatiales privées]

Les peintures de Tenery suggèrent que le club pourrait être construit sur une vaste station spatiale en forme de roue qui tournerait pour créer une sorte de gravité artificielle. Des cargos sans pilote pourraient être tirés jusqu'à la station spatiale pour garder le club approvisionné en fournitures.

"Vous pourriez littéralement vous balancer du côté obscur de la lune", a déclaré Wells à Playboy.

Un gros argument de vente serait le restaurant, qui serait intégré à la section de filature afin que les convives (et leur nourriture) ne flottent pas de leurs sièges et de leurs tables, ont expliqué Baime et Harper, qui ont également demandé l'avis du futuriste Thomas Frey du Davini. Groupe de réflexion de l'Institut et ancien scientifique de la NASA Stan Kent.

Une pléthore de fenêtres (les fusées SpaceShipTwo de Virgin Galactic sont couvertes de fenêtres) donneraient également aux convives l'atmosphère – jeu de mots – de voler dans l'espace. Dans les représentations de Tenery, la salle de jeu spatial comprendrait un système de roulette dans lequel vous êtes la balle, ainsi que le saut à l'élastique en apesanteur et la barre d'espace obligatoire.

Il n'y aurait pas de fenêtres dans le club de danse en apesanteur, mais il y aurait des boissons, servies par des lapins Playboy portant des jetpacks. Et il y aurait des fenêtres extérieures dans le "dôme de plaisir orbital" privé, afin que les amateurs de club puissent contempler la Terre pendant les intermèdes romantiques, y compris, vous l'aurez deviné, le sexe dans l'espace, ont ajouté les écrivains.

"L'ensemble du Kama Sutra devra être réinventé selon les règles de la physique de l'apesanteur", ont écrit Baime et Harper.


Playboy et Virgin Galactic fantasment sur un club spatial masculin cosmique

Nous imaginons que le restaurant a de la gravité, pour éviter le chaos. " Les intérieurs froids sont un grand obstacle pour la plupart des gens dans l'espace ", a déclaré Frey. "Ils ne trouvent pas le look Star Wars invitant." Ces intérieurs sont chaleureux et élégants. (Thomas Tenery/Entreprises Playboy)

Playboy est sur le point de se lancer dans la dernière frontière, du moins dans son imagination.

L'emblématique société de magazines pour adultes a imaginé une vision d'un Playboy Club dans l'espace – une représentation tentaculaire d'amusement et de jeux inspirés de la science-fiction sur une immense station spatiale privée – en collaboration avec la société de tourisme spatial Virgin Galactic. Les résultats apparaissent dans le numéro de mars du magazine Playboy en kiosque maintenant.

Un club de danse en apesanteur, un casino avec « roulette humaine » et un restaurant gastronomique ne sont que quelques-unes des commodités imaginées par l'artiste Thomas Tenery et publiées par Playboy Tuesday (22 février). Le magazine a travaillé avec plusieurs futurologues et scientifiques, dont le designer en chef de Virgin Galactic, Adam Wells, pour illustrer le potentiel espace Playboy Club.

"Alors que Virgin Galactic est sur le point de devenir la première ligne spatiale commerciale au monde, Playboy réfléchit avec impatience à la création de la destination de divertissement intergalactique ultime", a déclaré le directeur éditorial de Playboy, Jimmy Jellinek, dans un communiqué. "Ce paradis dans les cieux dépassera les rêves les plus fous des voyageurs aux yeux étoilés, et les invités vivront vraiment une fête hors de ce monde."

Fondée par le milliardaire britannique Sir Richard Branson, Virgin Galactic est une société spatiale privée qui cherche à devenir le premier service de transport spatial de passagers au monde. La société a construit le premier vaisseau spatial suborbital commercial, appelé SpaceShipTwo, et vend des billets pour des vols à 200 000 $ par siège.

Les premiers vols d'essai propulsés par fusée de SpaceShipTwo sont attendus plus tard cette année. Le vaisseau spatial à lancement aérien a déjà effectué une série de tests de chute non motorisés et de vols captifs avec son énorme vaisseau-mère, le WhiteKnightTwo.

Les clubs Playboy ont été lancés par le fondateur du magazine Hugh Hefner dans les années 1960. Mais chaque Playboy Club a la même limitation : il est bloqué sur Terre.

"Le Playboy Club dans l'espace sera sur une station en orbite, comme un bateau de croisière", a écrit les écrivains de Playboy A.J. Baime et Jason Harper expliquent dans une description. "L'orbite de la Terre est une idée, mais elle pourrait également voyager autour d'autres corps célestes." [Galerie : Playboy's Space Club et autres idées de stations spatiales privées]

Les peintures de Tenery suggèrent que le club pourrait être construit sur une vaste station spatiale en forme de roue qui tournerait pour créer une sorte de gravité artificielle. Des cargos sans pilote pourraient être tirés jusqu'à la station spatiale pour garder le club approvisionné en fournitures.

"Vous pourriez littéralement vous balancer du côté obscur de la lune", a déclaré Wells à Playboy.

Un gros argument de vente serait le restaurant, qui serait intégré à la section de filature afin que les convives (et leur nourriture) ne flottent pas de leurs sièges et de leurs tables, ont expliqué Baime et Harper, qui ont également demandé l'avis du futuriste Thomas Frey du Davini. Groupe de réflexion de l'Institut et ancien scientifique de la NASA Stan Kent.

Une pléthore de fenêtres (les fusées SpaceShipTwo de Virgin Galactic sont couvertes de fenêtres) donneraient également aux convives l'atmosphère – jeu de mots – de voler dans l'espace. Dans les représentations de Tenery, la salle de jeu spatial comprendrait un système de roulette dans lequel vous êtes la balle, ainsi que le saut à l'élastique en apesanteur et la barre d'espace obligatoire.

Il n'y aurait pas de fenêtres dans le club de danse en apesanteur, mais il y aurait des boissons, servies par des lapins Playboy portant des jetpacks. Et il y aurait des fenêtres extérieures dans le "dôme de plaisir orbital" privé, afin que les amateurs de club puissent contempler la Terre pendant les intermèdes romantiques, y compris, vous l'aurez deviné, le sexe dans l'espace, ont ajouté les écrivains.

"L'ensemble du Kama Sutra devra être réinventé selon les règles de la physique de l'apesanteur", ont écrit Baime et Harper.


Playboy et Virgin Galactic fantasment sur un club spatial masculin cosmique

Nous imaginons que le restaurant a de la gravité, pour éviter le chaos. " Les intérieurs froids sont un grand obstacle pour la plupart des gens dans l'espace ", a déclaré Frey. "Ils ne trouvent pas le look Star Wars invitant." Ces intérieurs sont chaleureux et élégants. (Thomas Tenery/Entreprises Playboy)

Playboy est sur le point de se lancer dans la dernière frontière, du moins dans son imagination.

L'emblématique société de magazines pour adultes a imaginé une vision d'un Playboy Club dans l'espace – une représentation tentaculaire d'amusement et de jeux inspirés de la science-fiction sur une immense station spatiale privée – en collaboration avec la société de tourisme spatial Virgin Galactic. Les résultats apparaissent dans le numéro de mars du magazine Playboy en kiosque maintenant.

Un club de danse en apesanteur, un casino avec « roulette humaine » et un restaurant gastronomique ne sont que quelques-unes des commodités imaginées par l'artiste Thomas Tenery et publiées par Playboy Tuesday (22 février). Le magazine a travaillé avec plusieurs futurologues et scientifiques, dont le designer en chef de Virgin Galactic, Adam Wells, pour illustrer le potentiel espace Playboy Club.

"Alors que Virgin Galactic est sur le point de devenir la première ligne spatiale commerciale au monde, Playboy réfléchit avec impatience à la création de la destination de divertissement intergalactique ultime", a déclaré le directeur éditorial de Playboy, Jimmy Jellinek, dans un communiqué. "Ce paradis dans les cieux dépassera les rêves les plus fous des voyageurs aux yeux étoilés, et les invités vivront vraiment une fête hors de ce monde."

Fondée par le milliardaire britannique Sir Richard Branson, Virgin Galactic est une société spatiale privée qui cherche à devenir le premier service de transport spatial de passagers au monde. La société a construit le premier vaisseau spatial suborbital commercial, appelé SpaceShipTwo, et vend des billets pour des vols à 200 000 $ par siège.

Les premiers vols d'essai propulsés par fusée de SpaceShipTwo sont attendus plus tard cette année. Le vaisseau spatial à lancement aérien a déjà effectué une série de tests de chute non motorisés et de vols captifs avec son énorme vaisseau-mère, le WhiteKnightTwo.

Les clubs Playboy ont été lancés par le fondateur du magazine Hugh Hefner dans les années 1960. Mais chaque Playboy Club a la même limitation : il est bloqué sur Terre.

"Le Playboy Club dans l'espace sera sur une station en orbite, comme un bateau de croisière", a écrit les écrivains de Playboy A.J. Baime et Jason Harper expliquent dans une description. "L'orbite de la Terre est une idée, mais elle pourrait également voyager autour d'autres corps célestes." [Galerie : Playboy's Space Club et autres idées de stations spatiales privées]

Les peintures de Tenery suggèrent que le club pourrait être construit sur une vaste station spatiale en forme de roue qui tournerait pour créer une sorte de gravité artificielle. Des cargos sans pilote pourraient être tirés jusqu'à la station spatiale pour garder le club approvisionné en fournitures.

"Vous pourriez littéralement vous balancer du côté obscur de la lune", a déclaré Wells à Playboy.

Un gros argument de vente serait le restaurant, qui serait intégré à la section de filature afin que les convives (et leur nourriture) ne flottent pas de leurs sièges et de leurs tables, ont expliqué Baime et Harper, qui ont également demandé l'avis du futuriste Thomas Frey du Davini. Groupe de réflexion de l'Institut et ancien scientifique de la NASA Stan Kent.

Une pléthore de fenêtres (les fusées SpaceShipTwo de Virgin Galactic sont couvertes de fenêtres) donneraient également aux convives l'atmosphère – jeu de mots – de voler dans l'espace. Dans les représentations de Tenery, la salle de jeu spatial comprendrait un système de roulette dans lequel vous êtes la balle, ainsi que le saut à l'élastique en apesanteur et la barre d'espace obligatoire.

Il n'y aurait pas de fenêtres dans le club de danse en apesanteur, mais il y aurait des boissons, servies par des lapins Playboy portant des jetpacks. Et il y aurait des fenêtres extérieures dans le "dôme de plaisir orbital" privé, afin que les amateurs de club puissent contempler la Terre pendant les intermèdes romantiques, y compris, vous l'aurez deviné, le sexe dans l'espace, ont ajouté les écrivains.

"L'ensemble du Kama Sutra devra être réinventé selon les règles de la physique de l'apesanteur", ont écrit Baime et Harper.


Playboy et Virgin Galactic fantasment sur un club spatial masculin cosmique

Nous imaginons que le restaurant a de la gravité, pour éviter le chaos. " Les intérieurs froids sont un grand obstacle pour la plupart des gens dans l'espace ", a déclaré Frey. "Ils ne trouvent pas le look Star Wars invitant." Ces intérieurs sont chaleureux et élégants. (Thomas Tenery/Entreprises Playboy)

Playboy est sur le point de se lancer dans la dernière frontière, du moins dans son imagination.

L'emblématique société de magazines pour adultes a imaginé une vision d'un Playboy Club dans l'espace – une représentation tentaculaire d'amusement et de jeux inspirés de la science-fiction sur une immense station spatiale privée – en collaboration avec la société de tourisme spatial Virgin Galactic. Les résultats apparaissent dans le numéro de mars du magazine Playboy en kiosque maintenant.

Un club de danse en apesanteur, un casino avec « roulette humaine » et un restaurant gastronomique ne sont que quelques-unes des commodités imaginées par l'artiste Thomas Tenery et publiées par Playboy Tuesday (22 février). Le magazine a travaillé avec plusieurs futurologues et scientifiques, dont le designer en chef de Virgin Galactic, Adam Wells, pour illustrer le potentiel espace Playboy Club.

"Alors que Virgin Galactic est sur le point de devenir la première ligne spatiale commerciale au monde, Playboy réfléchit avec impatience à la création de la destination de divertissement intergalactique ultime", a déclaré le directeur éditorial de Playboy, Jimmy Jellinek, dans un communiqué. "Ce paradis dans les cieux dépassera les rêves les plus fous des voyageurs aux yeux étoilés, et les invités vivront vraiment une fête hors de ce monde."

Fondée par le milliardaire britannique Sir Richard Branson, Virgin Galactic est une société spatiale privée qui cherche à devenir le premier service de transport spatial de passagers au monde. La société a construit le premier vaisseau spatial suborbital commercial, appelé SpaceShipTwo, et vend des billets pour des vols à 200 000 $ par siège.

Les premiers vols d'essai propulsés par fusée de SpaceShipTwo sont attendus plus tard cette année. Le vaisseau spatial à lancement aérien a déjà effectué une série de tests de chute non motorisés et de vols captifs avec son énorme vaisseau-mère, le WhiteKnightTwo.

Les clubs Playboy ont été lancés par le fondateur du magazine Hugh Hefner dans les années 1960. Mais chaque Playboy Club a la même limitation : il est bloqué sur Terre.

"Le Playboy Club dans l'espace sera sur une station en orbite, comme un bateau de croisière", a écrit les écrivains de Playboy A.J. Baime et Jason Harper expliquent dans une description. "L'orbite de la Terre est une idée, mais elle pourrait également voyager autour d'autres corps célestes." [Galerie : Playboy's Space Club et autres idées de stations spatiales privées]

Les peintures de Tenery suggèrent que le club pourrait être construit sur une vaste station spatiale en forme de roue qui tournerait pour créer une sorte de gravité artificielle. Des cargos sans pilote pourraient être tirés jusqu'à la station spatiale pour garder le club approvisionné en fournitures.

"Vous pourriez littéralement vous balancer du côté obscur de la lune", a déclaré Wells à Playboy.

Un gros argument de vente serait le restaurant, qui serait intégré à la section de filature afin que les convives (et leur nourriture) ne flottent pas de leurs sièges et de leurs tables, ont expliqué Baime et Harper, qui ont également demandé l'avis du futuriste Thomas Frey du Davini. Groupe de réflexion de l'Institut et ancien scientifique de la NASA Stan Kent.

Une pléthore de fenêtres (les fusées SpaceShipTwo de Virgin Galactic sont couvertes de fenêtres) donneraient également aux convives l'atmosphère – jeu de mots – de voler dans l'espace. Dans les représentations de Tenery, la salle de jeu spatial comprendrait un système de roulette dans lequel vous êtes la balle, ainsi que le saut à l'élastique en apesanteur et la barre d'espace obligatoire.

Il n'y aurait pas de fenêtres dans le club de danse en apesanteur, mais il y aurait des boissons, servies par des lapins Playboy portant des jetpacks. Et il y aurait des fenêtres extérieures dans le "dôme de plaisir orbital" privé, afin que les amateurs de club puissent contempler la Terre pendant les intermèdes romantiques, y compris, vous l'aurez deviné, le sexe dans l'espace, ont ajouté les écrivains.

"L'ensemble du Kama Sutra devra être réinventé selon les règles de la physique de l'apesanteur", ont écrit Baime et Harper.


Playboy et Virgin Galactic fantasment sur un club spatial masculin cosmique

Nous imaginons que le restaurant a de la gravité, pour éviter le chaos. " Les intérieurs froids sont un grand obstacle pour la plupart des gens dans l'espace ", a déclaré Frey. "Ils ne trouvent pas le look Star Wars invitant." Ces intérieurs sont chaleureux et élégants. (Thomas Tenery/Entreprises Playboy)

Playboy est sur le point de se lancer dans la dernière frontière, du moins dans son imagination.

L'emblématique société de magazines pour adultes a imaginé une vision d'un Playboy Club dans l'espace – une représentation tentaculaire d'amusement et de jeux inspirés de la science-fiction sur une immense station spatiale privée – en collaboration avec la société de tourisme spatial Virgin Galactic. Les résultats apparaissent dans le numéro de mars du magazine Playboy en kiosque maintenant.

Un club de danse en apesanteur, un casino avec « roulette humaine » et un restaurant gastronomique ne sont que quelques-unes des commodités imaginées par l'artiste Thomas Tenery et publiées par Playboy Tuesday (22 février). Le magazine a travaillé avec plusieurs futurologues et scientifiques, dont le designer en chef de Virgin Galactic, Adam Wells, pour illustrer le potentiel espace Playboy Club.

"Alors que Virgin Galactic est sur le point de devenir la première ligne spatiale commerciale au monde, Playboy réfléchit avec impatience à la création de la destination de divertissement intergalactique ultime", a déclaré le directeur éditorial de Playboy, Jimmy Jellinek, dans un communiqué. "Ce paradis dans les cieux dépassera les rêves les plus fous des voyageurs aux yeux étoilés, et les invités vivront vraiment une fête hors de ce monde."

Fondée par le milliardaire britannique Sir Richard Branson, Virgin Galactic est une société spatiale privée qui cherche à devenir le premier service de transport spatial de passagers au monde. La société a construit le premier vaisseau spatial suborbital commercial, appelé SpaceShipTwo, et vend des billets pour des vols à 200 000 $ par siège.

Les premiers vols d'essai propulsés par fusée de SpaceShipTwo sont attendus plus tard cette année. Le vaisseau spatial à lancement aérien a déjà effectué une série de tests de chute non motorisés et de vols captifs avec son énorme vaisseau-mère, le WhiteKnightTwo.

Les clubs Playboy ont été lancés par le fondateur du magazine Hugh Hefner dans les années 1960. Mais chaque Playboy Club a la même limitation : il est bloqué sur Terre.

"Le Playboy Club dans l'espace sera sur une station en orbite, comme un bateau de croisière", a écrit les écrivains de Playboy A.J. Baime et Jason Harper expliquent dans une description. "L'orbite de la Terre est une idée, mais elle pourrait également voyager autour d'autres corps célestes." [Galerie : Playboy's Space Club et autres idées de stations spatiales privées]

Les peintures de Tenery suggèrent que le club pourrait être construit sur une vaste station spatiale en forme de roue qui tournerait pour créer une sorte de gravité artificielle. Des cargos sans pilote pourraient être tirés jusqu'à la station spatiale pour garder le club approvisionné en fournitures.

"Vous pourriez littéralement vous balancer du côté obscur de la lune", a déclaré Wells à Playboy.

Un gros argument de vente serait le restaurant, qui serait intégré à la section de filature afin que les convives (et leur nourriture) ne flottent pas de leurs sièges et de leurs tables, ont expliqué Baime et Harper, qui ont également demandé l'avis du futuriste Thomas Frey du Davini. Groupe de réflexion de l'Institut et ancien scientifique de la NASA Stan Kent.

Une pléthore de fenêtres (les fusées SpaceShipTwo de Virgin Galactic sont couvertes de fenêtres) donneraient également aux convives l'atmosphère – jeu de mots – de voler dans l'espace. Dans les représentations de Tenery, la salle de jeu spatial comprendrait un système de roulette dans lequel vous êtes la balle, ainsi que le saut à l'élastique en apesanteur et la barre d'espace obligatoire.

Il n'y aurait pas de fenêtres dans le club de danse en apesanteur, mais il y aurait des boissons, servies par des lapins Playboy portant des jetpacks. Et il y aurait des fenêtres extérieures dans le "dôme de plaisir orbital" privé, afin que les amateurs de club puissent contempler la Terre pendant les intermèdes romantiques, y compris, vous l'aurez deviné, le sexe dans l'espace, ont ajouté les écrivains.

"L'ensemble du Kama Sutra devra être réinventé selon les règles de la physique de l'apesanteur", ont écrit Baime et Harper.


Playboy et Virgin Galactic fantasment sur un club spatial masculin cosmique

Nous imaginons que le restaurant a de la gravité, pour éviter le chaos. " Les intérieurs froids sont un grand obstacle pour la plupart des gens dans l'espace ", a déclaré Frey. "Ils ne trouvent pas le look Star Wars invitant." Ces intérieurs sont chaleureux et élégants. (Thomas Tenery/Entreprises Playboy)

Playboy est sur le point de se lancer dans la dernière frontière, du moins dans son imagination.

L'emblématique société de magazines pour adultes a imaginé une vision d'un Playboy Club dans l'espace – une représentation tentaculaire d'amusement et de jeux inspirés de la science-fiction sur une immense station spatiale privée – en collaboration avec la société de tourisme spatial Virgin Galactic. Les résultats apparaissent dans le numéro de mars du magazine Playboy en kiosque maintenant.

Un club de danse en apesanteur, un casino avec « roulette humaine » et un restaurant gastronomique ne sont que quelques-unes des commodités imaginées par l'artiste Thomas Tenery et publiées par Playboy Tuesday (22 février). Le magazine a travaillé avec plusieurs futurologues et scientifiques, dont le designer en chef de Virgin Galactic, Adam Wells, pour illustrer le potentiel espace Playboy Club.

"Alors que Virgin Galactic est sur le point de devenir la première ligne spatiale commerciale au monde, Playboy réfléchit avec impatience à la création de la destination de divertissement intergalactique ultime", a déclaré le directeur éditorial de Playboy, Jimmy Jellinek, dans un communiqué. "Ce paradis dans les cieux dépassera les rêves les plus fous des voyageurs aux yeux étoilés, et les invités vivront vraiment une fête hors de ce monde."

Fondée par le milliardaire britannique Sir Richard Branson, Virgin Galactic est une société spatiale privée qui cherche à devenir le premier service de transport spatial de passagers au monde. La société a construit le premier vaisseau spatial suborbital commercial, appelé SpaceShipTwo, et vend des billets pour des vols à 200 000 $ par siège.

Les premiers vols d'essai propulsés par fusée de SpaceShipTwo sont attendus plus tard cette année. Le vaisseau spatial à lancement aérien a déjà effectué une série de tests de chute non motorisés et de vols captifs avec son énorme vaisseau-mère, le WhiteKnightTwo.

Les clubs Playboy ont été lancés par le fondateur du magazine Hugh Hefner dans les années 1960. Mais chaque Playboy Club a la même limitation : il est bloqué sur Terre.

"Le Playboy Club dans l'espace sera sur une station en orbite, comme un bateau de croisière", a écrit les écrivains de Playboy A.J. Baime et Jason Harper expliquent dans une description. "L'orbite de la Terre est une idée, mais elle pourrait également voyager autour d'autres corps célestes." [Galerie : Playboy's Space Club et autres idées de stations spatiales privées]

Les peintures de Tenery suggèrent que le club pourrait être construit sur une vaste station spatiale en forme de roue qui tournerait pour créer une sorte de gravité artificielle. Des cargos sans pilote pourraient être tirés jusqu'à la station spatiale pour garder le club approvisionné en fournitures.

"Vous pourriez littéralement vous balancer du côté obscur de la lune", a déclaré Wells à Playboy.

Un gros argument de vente serait le restaurant, qui serait intégré à la section de filature afin que les convives (et leur nourriture) ne flottent pas de leurs sièges et de leurs tables, ont expliqué Baime et Harper, qui ont également demandé l'avis du futuriste Thomas Frey du Davini. Groupe de réflexion de l'Institut et ancien scientifique de la NASA Stan Kent.

Une pléthore de fenêtres (les fusées SpaceShipTwo de Virgin Galactic sont couvertes de fenêtres) donneraient également aux convives l'atmosphère – jeu de mots – de voler dans l'espace. Dans les représentations de Tenery, la salle de jeu spatial comprendrait un système de roulette dans lequel vous êtes la balle, ainsi que le saut à l'élastique en apesanteur et la barre d'espace obligatoire.

Il n'y aurait pas de fenêtres dans le club de danse en apesanteur, mais il y aurait des boissons, servies par des lapins Playboy portant des jetpacks. Et il y aurait des fenêtres extérieures dans le "dôme de plaisir orbital" privé, afin que les amateurs de club puissent contempler la Terre pendant les intermèdes romantiques, y compris, vous l'aurez deviné, le sexe dans l'espace, ont ajouté les écrivains.

"L'ensemble du Kama Sutra devra être réinventé selon les règles de la physique de l'apesanteur", ont écrit Baime et Harper.


Playboy et Virgin Galactic fantasment sur un club spatial masculin cosmique

Nous imaginons que le restaurant a de la gravité, pour éviter le chaos. " Les intérieurs froids sont un grand obstacle pour la plupart des gens dans l'espace ", a déclaré Frey. "Ils ne trouvent pas le look Star Wars invitant." Ces intérieurs sont chaleureux et élégants. (Thomas Tenery/Entreprises Playboy)

Playboy est sur le point de se lancer dans la dernière frontière, du moins dans son imagination.

L'emblématique société de magazines pour adultes a imaginé une vision d'un Playboy Club dans l'espace – une représentation tentaculaire d'amusement et de jeux inspirés de la science-fiction sur une immense station spatiale privée – en collaboration avec la société de tourisme spatial Virgin Galactic. Les résultats apparaissent dans le numéro de mars du magazine Playboy en kiosque maintenant.

Un club de danse en apesanteur, un casino avec « roulette humaine » et un restaurant gastronomique ne sont que quelques-unes des commodités imaginées par l'artiste Thomas Tenery et publiées par Playboy Tuesday (22 février). Le magazine a travaillé avec plusieurs futurologues et scientifiques, dont le designer en chef de Virgin Galactic, Adam Wells, pour illustrer le potentiel espace Playboy Club.

"Alors que Virgin Galactic est sur le point de devenir la première ligne spatiale commerciale au monde, Playboy réfléchit avec impatience à la création de la destination de divertissement intergalactique ultime", a déclaré le directeur éditorial de Playboy, Jimmy Jellinek, dans un communiqué. "Ce paradis dans les cieux dépassera les rêves les plus fous des voyageurs aux yeux étoilés, et les invités vivront vraiment une fête hors de ce monde."

Fondée par le milliardaire britannique Sir Richard Branson, Virgin Galactic est une société spatiale privée qui cherche à devenir le premier service de transport spatial de passagers au monde. La société a construit le premier vaisseau spatial suborbital commercial, appelé SpaceShipTwo, et vend des billets pour des vols à 200 000 $ par siège.

Les premiers vols d'essai propulsés par fusée de SpaceShipTwo sont attendus plus tard cette année. Le vaisseau spatial à lancement aérien a déjà effectué une série de tests de chute non motorisés et de vols captifs avec son énorme vaisseau-mère, le WhiteKnightTwo.

Playboy's clubs were launched by magazine founder Hugh Hefner in the 1960s. But every Playboy Club has the same limitation: It's stuck on Earth.

"The Playboy Club in space will be on a station in orbit, like a cruise ship," Playboy writers A.J. Baime and Jason Harper explain in a description. "Orbiting Earth is one idea, but it could also travel around other celestial bodies." [Gallery: Playboy's Space Club & Other Private Space Station Ideas]

Tenery's paintings suggest the club could be built on a vast wheel-shaped space station that would spin to create a sort of artificial gravity. Unmanned cargo ships could be shot up to the space station to keep the club stocked with supplies.

"You could literally swing around the dark side of the moon," Wells told Playboy.

A big selling point would be the restaurant, which would be built into the spinning section so diners (and their food) wouldn't float off their seats and tables, explained Baime and Harper, who also sought input from futurist Thomas Frey of the Davini Institute think tank, and former NASA scientist Stan Kent.

A plethora of windows (Virgin Galactic's SpaceShipTwo rockets ships are covered with viewports) would also give diners the atmosphere – pun intended – of flying in space. In Tenery's depictions, the space game room would include a roulette system in which you are the ball, as well as zero-gravity bungee jumping and the obligatory space bar.

There would be no windows in the zero-gravity dance club, but there would be drinks, served by Playboy bunnies wearing jetpacks. And there would be exterior windows in the private "orbital pleasure dome," so clubgoers could gaze down at Earth during romantic interludes including, you guessed it, sex in space, the writers added.

"The entire Kama Sutra will have to be reimagined according to the rules of zero-gravity physics," Baime and Harper wrote.


Playboy and Virgin Galactic fantasize cosmic men's space club

We imagine the restaurant has gravity, to prevent chaos. "A big turnoff for most people in space is cold interiors," Frey said. "They dont find the Star Wars look inviting." These interiors are warm and elegant. (Thomas Tenery/Playboy Enterprises)

Playboy is about to launch into the final frontier, at least in its imagination.

The iconic adult-magazine company has dreamed up a vision of a Playboy Club in space — a sprawling sci-fi-inspired depiction of fun and games on a huge private space station – in conjunction with the space tourism company Virgin Galactic. The results appear in the March issue of Playboy magazine on newsstands now.

A zero-gravity dance club, a casino featuring "human roulette" and a restaurant for fine dining are just some of the amenities envisioned by artist Thomas Tenery and released by Playboy Tuesday (Feb. 22). The magazine worked with several futurists and scientists, including Virgin Galactic head designer Adam Wells, to illustrate the potential space Playboy Club.

"As Virgin Galactic gets closer to becoming the world's first commercial space line, Playboy is eagerly pondering the creation of the ultimate intergalactic entertainment destination," Playboy editorial director Jimmy Jellinek said in a statement. "This heaven-in-the-heavens will exceed starry-eyed travelers' wildest dreams, and guests will truly experience a party that's out of this world."

Founded by British billionaire Sir Richard Branson, Virgin Galactic is a private space company seeking to become the world's first passenger spaceliner service. The company has built the first commercial suborbital spacecraft, called SpaceShipTwo, and is selling tickets for flights at $200,000 per seat.

The first rocket-powered test flights of SpaceShipTwo are expected later this year. The air-launched spacecraft has already performed a series of unpowered drop tests and captive-carry flights with its massive mothership, the WhiteKnightTwo.

Playboy's clubs were launched by magazine founder Hugh Hefner in the 1960s. But every Playboy Club has the same limitation: It's stuck on Earth.

"The Playboy Club in space will be on a station in orbit, like a cruise ship," Playboy writers A.J. Baime and Jason Harper explain in a description. "Orbiting Earth is one idea, but it could also travel around other celestial bodies." [Gallery: Playboy's Space Club & Other Private Space Station Ideas]

Tenery's paintings suggest the club could be built on a vast wheel-shaped space station that would spin to create a sort of artificial gravity. Unmanned cargo ships could be shot up to the space station to keep the club stocked with supplies.

"You could literally swing around the dark side of the moon," Wells told Playboy.

A big selling point would be the restaurant, which would be built into the spinning section so diners (and their food) wouldn't float off their seats and tables, explained Baime and Harper, who also sought input from futurist Thomas Frey of the Davini Institute think tank, and former NASA scientist Stan Kent.

A plethora of windows (Virgin Galactic's SpaceShipTwo rockets ships are covered with viewports) would also give diners the atmosphere – pun intended – of flying in space. In Tenery's depictions, the space game room would include a roulette system in which you are the ball, as well as zero-gravity bungee jumping and the obligatory space bar.

There would be no windows in the zero-gravity dance club, but there would be drinks, served by Playboy bunnies wearing jetpacks. And there would be exterior windows in the private "orbital pleasure dome," so clubgoers could gaze down at Earth during romantic interludes including, you guessed it, sex in space, the writers added.

"The entire Kama Sutra will have to be reimagined according to the rules of zero-gravity physics," Baime and Harper wrote.


Playboy and Virgin Galactic fantasize cosmic men's space club

We imagine the restaurant has gravity, to prevent chaos. "A big turnoff for most people in space is cold interiors," Frey said. "They dont find the Star Wars look inviting." These interiors are warm and elegant. (Thomas Tenery/Playboy Enterprises)

Playboy is about to launch into the final frontier, at least in its imagination.

The iconic adult-magazine company has dreamed up a vision of a Playboy Club in space — a sprawling sci-fi-inspired depiction of fun and games on a huge private space station – in conjunction with the space tourism company Virgin Galactic. The results appear in the March issue of Playboy magazine on newsstands now.

A zero-gravity dance club, a casino featuring "human roulette" and a restaurant for fine dining are just some of the amenities envisioned by artist Thomas Tenery and released by Playboy Tuesday (Feb. 22). The magazine worked with several futurists and scientists, including Virgin Galactic head designer Adam Wells, to illustrate the potential space Playboy Club.

"As Virgin Galactic gets closer to becoming the world's first commercial space line, Playboy is eagerly pondering the creation of the ultimate intergalactic entertainment destination," Playboy editorial director Jimmy Jellinek said in a statement. "This heaven-in-the-heavens will exceed starry-eyed travelers' wildest dreams, and guests will truly experience a party that's out of this world."

Founded by British billionaire Sir Richard Branson, Virgin Galactic is a private space company seeking to become the world's first passenger spaceliner service. The company has built the first commercial suborbital spacecraft, called SpaceShipTwo, and is selling tickets for flights at $200,000 per seat.

The first rocket-powered test flights of SpaceShipTwo are expected later this year. The air-launched spacecraft has already performed a series of unpowered drop tests and captive-carry flights with its massive mothership, the WhiteKnightTwo.

Playboy's clubs were launched by magazine founder Hugh Hefner in the 1960s. But every Playboy Club has the same limitation: It's stuck on Earth.

"The Playboy Club in space will be on a station in orbit, like a cruise ship," Playboy writers A.J. Baime and Jason Harper explain in a description. "Orbiting Earth is one idea, but it could also travel around other celestial bodies." [Gallery: Playboy's Space Club & Other Private Space Station Ideas]

Tenery's paintings suggest the club could be built on a vast wheel-shaped space station that would spin to create a sort of artificial gravity. Unmanned cargo ships could be shot up to the space station to keep the club stocked with supplies.

"You could literally swing around the dark side of the moon," Wells told Playboy.

A big selling point would be the restaurant, which would be built into the spinning section so diners (and their food) wouldn't float off their seats and tables, explained Baime and Harper, who also sought input from futurist Thomas Frey of the Davini Institute think tank, and former NASA scientist Stan Kent.

A plethora of windows (Virgin Galactic's SpaceShipTwo rockets ships are covered with viewports) would also give diners the atmosphere – pun intended – of flying in space. In Tenery's depictions, the space game room would include a roulette system in which you are the ball, as well as zero-gravity bungee jumping and the obligatory space bar.

There would be no windows in the zero-gravity dance club, but there would be drinks, served by Playboy bunnies wearing jetpacks. And there would be exterior windows in the private "orbital pleasure dome," so clubgoers could gaze down at Earth during romantic interludes including, you guessed it, sex in space, the writers added.

"The entire Kama Sutra will have to be reimagined according to the rules of zero-gravity physics," Baime and Harper wrote.


Voir la vidéo: Playboy Club Reopens In London