Nouvelles recettes

Starbucks China sert maintenant des boulettes surgelées

Starbucks China sert maintenant des boulettes surgelées


Dommage que ces concoctions glacées ne soient disponibles que chez Starbucks chinois !

Célébrez la créature mythique cracheur de feu préférée de tous avec une concoction cool de Starbucks China. Starbucks China a annoncé l'arrivée de l'offre à durée limitée de boulettes de dragon d'été juste à temps pour les courses annuelles de bateaux-dragons qui font partie de la culture estivale chinoise depuis plus de deux millénaires. Les friandises glacées ressemblent à des boulettes et sont remplies de glace pilée et d'arômes de café, de thé et de fruits.

Les saveurs proposées cette année comprennent la fraise et la crème, la gelée Earl Grey, la mangue, le thé vert et le haricot rouge et le café aux amandes.

Il existe également d'autres spécialités estivales Starbucks dans le monde, notamment le Lúcuma CrèmeFrappuccino, fabriqué à partir du fruit péruvien du même nom et servi uniquement dans les magasins Lima Starbucks. Le Japon a lancé un Frappuccino à la banane en trois saveurs : banane, banane chocolat et banane Frappuccino. Et en Grèce, les clients auront droit aux yaourts Frappuccinos, faits avec du yaourt grec authentique.

Starbucks n'a pas précisé s'il apporterait ces délicieuses créations internationales aux États-Unis.

Joanna Fantozzi est rédactrice en chef adjointe de The Daily Meal. Suivez-la sur Twitter @JoannaFantozzi


Station de recettes

Dans ce petit trou dans le mur du restaurant chinois de Chinatown, mon pointilleux, alors âgé de quatre ans, est devenu accro aux boulettes de soupe ! Lorsque ma mère lui a rendu visite, elle a été choquée de voir notre enfant mangeur de mac-n-cheese finir son propre vapeur en bambou de boulettes de porc! Alors bien sûr, c'est le numéro un sur la liste.

Boulettes de soupe chinoises

Ingrédients

    • 1/4 livre de couenne de porc
    • 4 tranches de gingembre
    • 3 oignons verts
    • 1 cuillère à soupe de vin de cuisine
    • De l'eau au besoin
    • 1 livre de porc haché
    • 1 cuillère à soupe de sauce aux huîtres
    • 2 cuillères à soupe de sauce soja légère
    • 2 cuillères à café de sel
    • 1 cuillère à soupe d'huile de sésame
    • 1 cuillère à soupe de gingembre émincé
    • 1 cuillère à soupe d'oignon vert émincé
    • 1 cuillère à café de sucre

    Pour ma fille la connaisseuse de boulettes j'ai dû trouver une recette traditionnelle, ce qui implique un peu de travail supplémentaire et commander un cuiseur vapeur en bambou en ligne, mais vous pouvez aussi utiliser un panier vapeur de légumes en grande marmite. Cette recette nécessite des couennes de porc crues (peau) qui étaient en fait faciles à trouver dans mon département de viande local, mais comme je n'ai pas d'autocuiseur, j'ai dû faire cuire les couennes dans ma mijoteuse à basse température la veille mais c'était TELLEMENT valoir la peine.

    Pour mon mari, je devais trouver la meilleure recette de poulet à l'orange ! Il avait une demande, ne plaisante pas avec et en essayant de le rendre sain. Voici donc une délicieuse version frite.

    Poulet chinois à l'orange

      • 1 1/2 livre de poitrines de poulet désossées et sans peau, coupées en morceaux de 1 pouce
      • 1 tasse 2 cuillères à soupe de fécule de maïs, divisée
      • 2 gros œufs battus
      • 1 tasse d'huile végétale
      • 1/2 cuillère à café de graines de sésame
      • 1 oignon vert, tranché finement

      1/2 tasse de jus d'orange fraîchement pressé

      1/3 tasse de vinaigre blanc distillé

      1 cuillère à café de Sriracha, ou plus, au goût

      Aucun repas de cuisine chinoise ne serait complet sans une assiette de riz frit. Cette recette est agréable et facile, idéale pour un repas de semaine. Il faut du poulet cuit, mais je l'ai fait avec des crevettes, du bœuf et du porc, quelle que soit la protéine que j'ai sous la main pour en faire un repas complet, ou je laisse la protéine de côté et la sers en accompagnement du poulet à l'orange !

      Mieux que le riz frit au poulet à emporter

      3 tasses de riz, préparé
      1/2 livre de poitrines de poulet désossées et sans peau, cuites
      1 tasse de petits pois et carottes, surgelés
      1 oignon blanc, haché
      2 gousses d'ail, hachées
      2 oeufs
      3 cuillères à soupe d'huile de sésame
      1/4 tasse de sauce soja

      Pour moi, le bœuf au brocoli est le meilleur sauté chinois et comme le plat préféré de ma fille demande un peu de travail, j'ai cherché une délicieuse recette facile à la mijoteuse pour recréer mon plat préféré !

      Boeuf au brocoli à la mijoteuse

      1,5 livre de bifteck de flanc, tranché finement et coupé en morceaux de 2 pouces

      cuillère à café de flocons de piment rouge (facultatif)

      2 cuillères à soupe de fécule de maïs + 4 cuillères à soupe d'eau froide

      Nous avons donc couvert du sucré et du salé mais il faut un peu de piquant ! Probablement l'un des plats chinois les plus populaires, le poulet Kung Pao est un autre des plats préférés de mon mari et comme il n'a fait aucune demande particulière pour le rendre un peu plus sain, cette recette étonnante est cuite au four !

      Poulet Kung Pao au four

      • 3-4 poitrines de poulet, coupées en morceaux de la taille d'une bouchée
      • Sel et poivre au goût
      • 1½ tasse de fécule de maïs
      • 3 œufs battus
      • ¼ tasse d'huile de canola
      • ¼ tasse de sauce soja
      • ¼ tasse de vinaigre
      • 1 cuillère à soupe de pâte de piment rouge (comme Sriracha)
      • 1 cuillère à café d'ail émincé
      • ¼ tasse de cassonade
      • ½ cuillère à soupe de fécule de maïs
      • 1 poivron rouge, haché
      • ¼ tasse de cacahuètes
      • oignons verts, hachés pour la garniture

      L'une des nombreuses raisons pour lesquelles j'aime préparer de la nourriture chinoise est qu'elle est encore meilleure le deuxième jour.

      Parfois, si je sais que nous avons une semaine particulièrement chargée, je vais préparer un gros repas le dimanche, faire cuire le bœuf au brocoli toute la journée dans la mijoteuse et le poulet à l'orange et le riz frit juste avant l'heure du repas et nous nous asseyons pour un bon repas partagé, mais au lieu de trop se faire plaisir comme nous l'avons fait ces dimanches-là à New York, je vais emballer les restes et les mettre au réfrigérateur. La nourriture chinoise est le seul type de restes que ma famille ne se plaint jamais de manger !

      Maintenant, quand il s'agit de boulettes, il n'y a jamais de restes ! Et comme ils ont besoin d'un peu plus d'amour pour les préparer, j'essaie de les garder pour des occasions spéciales. J'aime surprendre ma fille avec eux !

      Alors la prochaine fois que vous aurez envie de chinois au lieu de commander à emporter ou en livraison, essayez l'une de ces incroyables recettes.


      Que mangent les chinois au petit-déjeuner

      Le petit-déjeuner chinois est très différent du petit-déjeuner occidental, mais il offre de nombreuses options, de la bouillie de riz au Youtiao, des petits pains cuits à la vapeur aux petits pains cuits au four, du lait de soja frais aux soupes. Cet article présente ce que les Chinois mangent au petit-déjeuner et comment commencer la journée avec un petit-déjeuner chinois réconfortant.

      1. Lait de soja et youtiao (豆浆油条)

      Youtiao (bâton frit chinois) et lait de soja est la meilleure combinaison pour un petit déjeuner. Ils sont la star populaire à travers le pays. Youtiao un bâton de farine frit est additif, croustillant, plein d'arôme et malsain. Le lait de soja est frais, léger et sain. Cette combinaison peut même être meilleure si vous trempez le youtiao et le faites tremper. Après avoir absorbé suffisamment d'eau et le goût du lait de soja, youtiao s'est transformé avec succès en un dessert juteux et moelleux.

      En plus du bon goût, une autre raison qui fait de cette combinaison une star du petit-déjeuner est que les Chinois pensent que les choses frites comme ce bâtonnet frit sont "mauvaises pour la santé" et nous apporteront plus de chaleur (上火). On pense que le lait de soja est utile pour nous rafraîchir. Vous pouvez trouver cette combinaison dans tout le pays, en particulier à Shanghai.

      Pudding au tofu (豆腐花) est du tofu très doux. Les saveurs du pudding au tofu varient selon les régions. Dans le nord, les gens aiment avoir du pudding au tofu salé avec de la sauce soja, du sel ou même de la viande. Cependant, dans le sud, les gens préfèrent la version sucrée édulcorée par du sirop de cassonade ou du sucre.

      Recettes

        – En Chine continentale, le pudding au tofu est fait avec du gypse (石膏) ou du Glucono delta-lactone (葡萄糖内脂). Cependant, Linda nous offre une nouvelle option pour utiliser la poudre d'agar-agar comme coagulant. – Le rasa de rasamalaysia introduit une façon traditionnelle d'utiliser le gypse (石膏) comme coagulant du pudding de tofu. Avec du sirop sucré, vous pouvez faire un pudding de tofu chinois sucré classique avec cette recette. – cette recette d'Elaine utilise du lait pour remplacer l'eau et faire une version lactée de youtiao. Elle n'utilise que de la levure chimique et du bicarbonate de soude comme agents. – si vous envisagez d'utiliser de l'alun pour faire youtiao comme indiqué par la méthode traditionnelle, vous pouvez recourir à cette version.

      2.Porridge & Congee et petits pains cuits à la vapeur (稀饭包子)

      Le porridge est l'option la plus populaire pour les Chinois. En hiver froid, il fait assez chaud et en été, la version refroidie est assez douce. En chinois, la bouillie s'appelle « 稀饭 » tandis que le congee s'appelle « 粥 ». De retour à l'ancien temps, la bouillie est la bouillie du pauvre car une petite quantité de riz est bouillie avec une grande quantité d'eau. Le congee est généralement beaucoup plus épais que la bouillie et ajoute parfois des légumes-feuilles et de la viande à l'intérieur.

      Presque tous les vendeurs de rue pour le petit-déjeuner proposent de la bouillie ou du congee et un grand groupe de choix vous est proposé comme la bouillie de riz blanc nature (白米稀饭) , le congee mélangé (八宝粥), le congee de millet (小米粥), le congee aux œufs confits (皮蛋瘦肉粥). Vous pouvez apprendre à préparer un congee chinois parfait avec ces étapes détaillées.

      un congee poulet et légumes verts

      Brioches à la vapeur peut être servi comme dessert parmi n'importe quel repas de la journée, mais l'option chinoise la plus populaire est le petit-déjeuner. Les petits pains cuits à la vapeur chinois non farcis sont des mantou, généralement assez simples, n'ayant qu'une touche fraîche d'arôme de blé. Cependant, c'est un excellent partenaire avec les huiles de chili, les sauces et les cornichons. Les petits pains à la vapeur farcis sont nommés Baozi, soit un baozi salé rempli de viande, soit un baozi sucré rempli de toutes sortes de garnitures sucrées. Dans cette introduction aux crêpes et brioches chinoises, j'ai apporté plus de détails sur les brioches chinoises. Venez vérifier pour plus d'informations.

      En plus des petits pains cuits à la vapeur, les petits pains à soupe poêlés (生煎包) sont également extrêmement populaires en raison de leur garniture juteuse et tendre et de leur emballage moelleux. Le pain de soupe aux frites est la star de Shanghai.

      Recettes

        – un moyen plus rapide de faire un congee en congelant le riz au préalable. – la nourriture nationale pour le festival de la bouillie de riz laba – un congee sain pour réchauffer votre estomac – un congee de luxe cuisiné avec du bouillon de poulet et servi avec du poulet râpé. – un moyen facile de faire des petits pains chinois cuits à la vapeur. Ces petits pains sont assez simples et sans goût particulier. C'est la version populaire du Nord. Vous pouvez le garnir de cornichons ou d'huile de piment. – excellente option pour les dents sucrées. Peut être assorti avec du lait de soja ou du congee. – un petit pain dim sum populaire et également disponible comme petit-déjeuner dans la province du Guangdong. – ce sont des petits pains en forme de fleur parsemés d'oignons verts hachés.

      3.Nouilles (面条)

      Les nouilles ne semblent pas être une excellente option pour le petit-déjeuner, mais les chinois adorent ça. Un grand bol de nouilles de blé ou de nouilles de riz est le meilleur choix pour de nombreux chinois dans plusieurs villes. À Chongqing, les gens adorent manger des nouilles mala (piquantes et engourdissantes). À Shanghai, les travailleurs occupés adorent commencer leur journée par un bol de nouilles à la sauce soja. À Wuhan, les gens dans la rue adorent se promener avec un bol de nouilles sèches chaudes (武汉热干面).

      Petit déjeuner chinois|Mi Xian, nouilles de riz

      Recettes

        (重庆小面) – pour ceux qui aiment la nourriture épicée. En automne frais ou en hiver froid, un bol de nouilles mala est assez réconfortant. Si vous visitez Chongqing, vous pouvez choisir de garnir ces nouilles de bœuf braisé, de porc haché ou de haricots longs chinois marinés frits. (武汉热干面) - un petit-déjeuner local extrêmement populaire et des nouilles de collation à Wuhan et dans d'autres endroits du Hubei. Il est plus moelleux que les nouilles ordinaires et assaisonné par une longue liste de sauces et de pâte de sésame. (台式红烧卤肉面) – cette version donnée par dame et chiots (l'auteur est né à Taiwan) est une version authentique et luxueuse. – une soupe de nouilles chinoises très basique et humble dans le passé lorsque la Chine n'était pas aussi prospère qu'aujourd'hui. Yang Chun fait référence au dixième mois du calendrier lunaire chinois. La nouille était au prix de dix. C'est la coutume chinoise d'appeler dix « Yang Chun », c'est pourquoi le nom de nouilles Yang Chun est utilisé jusqu'à présent.

      4.Crêpes (饼)

      Les crêpes aux oignons verts (葱花饼和葱油饼), les crêpes à la pâte de haricots rouges (豆沙饼), les crêpes aux œufs, le Ji Dan bing (鸡蛋饼) et le Shaobing (烧饼) sont des rôles importants pour un authentique petit-déjeuner chinois. Ils sont généralement emballés dans un petit sac en papier et les gourmets peuvent manger en marchant.

      Petit déjeuner chinois | Jian Bing

      Recettes

      • Crêpes Scallion – il existe plusieurs crêpes aux oignons verts en Chine populaires dans différentes régions, par exemple une grande crêpe aux oignons verts fine et croustillante (coupée en petits morceaux avant de servir) et des crêpes aux oignons verts à la Shanghai (celles-ci utilisent du saindoux comme shortening). Et il existe même une version plus simple frite directement à partir d'une pâte à base de farine créée par Elaine de China Sichuan Food. - Ji Dan bing est moins populaire que la crêpe aux oignons verts en dehors de la Chine, mais elle est populaire dans tout le pays. Un côté avec une crêpe croustillante tandis que l'autre côté est ramolli par l'œuf. Parfois, l'huile de chili combinée est brossée uniformément avec une laitue pour ajouter un peu de fraîcheur. – crêpes farcies multicouches à la pâte de haricots rouges

      5.Dumplings et wonton (饺子馄饨)

      Cela peut être assez étrange pour beaucoup de gens lorsque les boulettes et les wontons sont répertoriés comme petit-déjeuner. Mais ils ont obtenu assez d'amour comme options de petit-déjeuner. Les boulettes cuites à la vapeur (蒸饺), les potstickers (煎饺) et la soupe wonton sont des choix populaires pour le petit-déjeuner dans tout le pays.

      Recette

        – les meilleures boulettes cuites à la vapeur en Chine sont celles de Sha Xian (沙县小吃). Mais ils sont toujours faciles à faire à la maison. – la ciboulette et le porc sont l'une des combinaisons de garniture de boulettes chinoises les plus populaires. – rempli de champignons, choux et servi avec une trempette épicée du Sichuan.

      6. Cornichons et œufs

      Toutes sortes de cornichons (泡菜) et œufs de thé (茶叶蛋). Vous pouvez rencontrer un grand pot d'œufs de thé au coin de la rue. Ils sont le meilleur partenaire pour les nouilles comme les nouilles à la sauce soja ou les nouilles reman.

      Différents types de légumes marinés (haricots longs chinois marinés : 酸豆角, légumes marinés du Sichuan : 川味泡菜, kimchi et radis séché épicé : 拉萝卜干) sont souvent proposés comme garnitures gratuites pour le congee, la bouillie ou les petits pains cuits à la vapeur.


      Faites vos propres boulettes de porc pour le nouvel an chinois

      Remplis de soupe délicate, translucides et collants, ou poêlés et baignés de soja et de vinaigre, peu importe que vous préfériez ces petites bombes gustatives, il existe peu d'aliments réconfortants plus universellement appréciés que la boulette chinoise, en particulier en Australie où nous avons l'embarras du choix. savoureuse cuisine asiatique.

      Mais en fin de compte, pouvez-vous distinguer votre jiaozi de votre har gow ?

      Avec le Nouvel An chinois qui approche à grands pas le 8 février, il est maintenant temps de parfaire vos connaissances sur les boulettes, ou même d'apprendre à faire les vôtres.

      L'héritage taïwanais de Jono Fleming, le styliste principal et gastronome résident de Temple & Webster, signifie qu'il est parfaitement placé pour démystifier la boulette.

      Fleming a rencontré ninemsn Food, partageant son guide pour identifier six de vos variétés de boulettes de base, ainsi que sa propre recette de boulette de porc familiale chérie avec un didacticiel photo étape par étape pratique.

      Types de boulettes

      1. Jiaozi
      Les jiaozi sont des raviolis chinois populaires qui se dégustent en toutes occasions et sont simples à préparer. Bien qu'ils soient considérés comme de la cuisine chinoise, ils peuvent être trouvés dans toute l'Asie. De simples garnitures de viande hachée ou de légumes sont enveloppées dans de la pâte puis bouillies ou cuites à la vapeur.

      2. Guo cravate
      Les Guo tie, également connus sous le nom d'autocollants pour pots, sont essentiellement des jiaozi frits dans une poêle plate. Les boulettes frites « collent » au pot, d'où le nom, et sont le plus souvent vues sur les menus japonais sous le nom de gyoza.

      3. Xiao long bao
      Les Xiao long bao ont été rendus célèbres dans le monde entier par les restaurants Din Tai Fung et sont remplis de viande, mais avec une peau de farine très fine. La « soupe » des jus de cuisson est enfermée dans la boulette, créant une délicieuse surprise lorsque vous les mordez. Attention cependant, car le liquide à l'intérieur peut être très chaud.

      4. Har Gow
      Har Gow sont les boulettes que l'on voit souvent sur les chariots yum cha. Composée de crevettes enrobées d'une peau épaisse et translucide, les variantes de cette recette traditionnelle peuvent inclure l'ajout de légumes. La traditionnelle boulette de crevettes et gingembre, cependant, est délicieuse dans sa simplicité.

      5. Siu Mai
      Les Siu Mai sont un autre aliment de base du chariot de yum cha, souvent servi dans un bateau à vapeur en bambou. Ces boulettes ouvertes peuvent être remplies de porc, de poulet ou de crevettes et sont enfermées dans une fine feuille de pâte à l'eau de lessive. Selon la garniture, le point orange que l'on trouve souvent sur le dessus est une garniture d'œufs de crabe ou de carotte.

      6. Shengjian mantou
      Techniquement, les mantou Shengjian ne sont pas des boulettes, mais je vous recommande de les commander si vous les voyez sur le menu. Comme le xiao long bao, ces petits pains au porc poêlés sont remplis d'une délicieuse soupe, et le petit pain épais est poêlé pour créer une base croustillante.

      Recette de boulettes de jiaozi au porc et à la ciboulette de Jono

      Stylisme : Jono Fleming. Photo : Denise Braki pour Temple & amp Webster

      Cette recette simple a été transmise à ma mère par des parents et m'a été enseignée à un jeune âge. Ces jiaozi se congèlent bien, vous pouvez donc les garder à portée de main pour un dîner rapide.

      Ingrédients (pour 30)
      200 g de viande hachée de porc maigre
      100g de viande hachée de porc gras
      1 bouquet de ciboulette à l'ail (trouvée dans les épiceries vertes ou les supermarchés chinois)
      morceau de gingembre de la taille d'un pouce, émincé (environ 1/3 cuillère à soupe)
      1 cuillère à soupe de sauce soja
      1 cuillère à café d'huile de sésame
      1 cuillère à café d'huile de cuisson
      sel et poivre pour assaisonner
      pincée de sucre
      1 paquet de boulettes de pâtes rondes (voir note)

      Méthode de préparation

      Lavez bien la ciboulette à l'eau froide et hachez-la finement. Placez-les dans un bol et assaisonnez avec une pincée de sel. Mélanger et laisser reposer 10 minutes.

      Pressez la ciboulette pour en libérer une partie de l'eau et de l'humidité.

      Mélanger les hachis de porc ensemble, avec la ciboulette, le gingembre, la sauce soja, les huiles et le sucre. Assaisonner légèrement de sel et de poivre.

      Préparez vos boulettes de pâte et versez une cuillère à café bombée du mélange au centre de la pâte.

      Avec votre doigt, mouillez le bord de la pâte avec un peu d'eau, pliez en deux et, à l'aide de votre pouce et de votre index, pressez les deux côtés de la pâte ensemble pour sceller la boulette, pincer et sceller de chaque côté vers le centre comme indiqué dans les étapes ci-dessous. Répéter avec le reste des pâtisseries et de la garniture.

      Stylisme : Jono Fleming. Photo : Denise Braki pour Temple & amp Webster

      Stylisme : Jono Fleming. Photo : Denise Braki pour Temple & amp Webster

      Stylisme : Jono Fleming. Photo : Denise Braki pour Temple & amp Webster

      Stylisme : Jono Fleming. Photo : Denise Braki pour Temple & amp Webster

      Faire bouillir ou cuire à la vapeur le jiaozi pendant 10 à 12 minutes, jusqu'à ce que la viande soit bien cuite. Alternativement, vous pouvez les congeler à ce stade et les cuire plus tard.

      Lorsque vous cuisinez surgelé, placez les boulettes dans de l'eau bouillante, portez à nouveau à ébullition (car les boulettes surgelées refroidiront un peu l'eau), puis baissez le feu et laissez mijoter pendant 8 minutes.

      Servir avec une trempette composée de moitié de sauce soja, moitié de vinaigre et du piment haché si vous souhaitez ajouter un peu de piquant.

      Noter: Vous pouvez trouver des pâtisseries de boulette dans la section asiatique réfrigérée de la plupart des supermarchés

      Vous cherchez de beaux ustensiles pour la maison et la cuisine pour pimenter votre propre banquet du Nouvel An chinois ? Achetez le look en ligne sur Templeandwebster.com.au .

      Bons de réduction : Pâques est là ! Célébrez le long week-end avec nos offres


      3. Starbucks

      La finale, et la plus attendue, de la zongzi trio était de loin le plus présentable. L'emballage en feuilles de bambou semblait frais et la forme de sachet de thé zongzi était soigneusement emballé à l'intérieur. Starbucks propose une gamme de saveurs allant de la mangue à la pêche en passant par le café, qui sont toutes recommandées pour être consommées fraîches. Nous sommes allés chercher le café, qui ne ressemblait pas du tout aux boulettes que nous avions l'habitude de manger pendant le Dragon Boat Festival. La boulette Starbucks & 39 était légèrement sucrée, congelée et plutôt crayeuse, mais de loin la plus agréable des trois.

      Prix: RMB20
      Sent comme: La gelée a-t-elle une odeur ?
      A le goût de: "Café jello. pas mal. La garniture a un goût un peu crayeux ou granuleux. La texture globale a un peu le goût du Play-Doh aromatisé. Comment le café devient-il une boulette ? »
      Note (sur dix) : 8/10 (Emersyn), 6/10 (Maria)
      Commentaires: "Celui-ci était mon préféré." "De tous ceux que nous avons essayés, c'était certainement le meilleur. "Pour vingt kuai c'est mieux. "


      Une fête du Nouvel An lunaire : Célébrez une fête asiatique importante avec ces 6 plats

      Il y a de fortes chances que vous ayez une liste d'aliments traditionnels nécessaires pour inaugurer la nouvelle année le 1er janvier. Hoppin 'John ou les pois aux yeux noirs pour la chance? Des légumes verts et du pain de maïs pour rapporter de l'argent?

      Si votre famille trouve ses racines en Asie, vous vous préparez à célébrer le début d'une nouvelle année différente, le Nouvel An chinois ou lunaire, qui commence le 25 janvier.

      La fête est un moment pour se régaler en famille et entre amis avec tout préparé en quantité suffisante pour promettre beaucoup de restes, une assurance de prospérité continue.

      Sho You, copropriétaire du restaurant Urban Wu de Buckhead, est aux États-Unis depuis que sa famille a immigré ici du Liaoning, dans le nord-est de la Chine, il y a 18 ans. Ils ont atterri à Atlanta, où You est diplômé du Cross Keys High School. Il a toujours travaillé dans la restauration, y compris plusieurs années passées à travailler avec Peter Chang de Tasty China. Maintenant, lui et le chef exécutif Xue Guo Wu ont ouvert leur propre restaurant.

      La célébration du Nouvel An lunaire de votre famille sera une grande fête, avec beaucoup de nourriture servie dans un style familial. « Nous aurons de nombreux plats et surtout des fruits de mer, notamment du crabe et du homard. Il y aura du poisson et aussi des grenouilles. Toute la nourriture est préparée par ses parents. Le nombre de plats est important. Trois, c'est bien, mais six, huit ou neuf plats sont les meilleurs.

      Pour notre histoire, vous et le copropriétaire et chef exécutif d'Urban Wu, Xue Guo Wu, avez partagé trois recettes qui sont toutes au menu d'Urban Wu et assez faciles à exécuter à la maison. Le restaurant proposera également des plats spéciaux du Nouvel An lunaire.

      La cuisinière à domicile Jennifer McCormick est une Américaine de première génération, née de parents venus de Taïwan aux États-Unis. La famille est arrivée à Lyon, en Géorgie, parrainée par la tante de McCormick et son mari d'origine américaine. « Notre famille est originaire de Taipei, une région très métropolitaine. Ma mère me dit que lorsqu'ils se sont envolés pour ce pays, ils ont commencé à Seattle. Elle pensait que c'était un endroit prometteur. Puis ils ont descendu la côte ouest. Tout va bien. Et puis s'est envolé pour Atlanta. Bien aussi. Mais quand ils sont montés dans une voiture pendant trois heures et sont arrivés à la ferme de sa sœur à Lyon, elle a crié : « Où m'as-tu emmenée ? » et elle n'a pas voulu sortir. »

      La famille s'est installée et a finalement ouvert le restaurant New China à Swainsboro, où elle sert des plats chinois à ses clients depuis près de 30 ans.

      McCormick se souvient de se réunir pour le Nouvel An lunaire lorsqu'il était enfant comme un pur plaisir. « Nous n'avions pas besoin d'aider à la cuisine parce que ma mère nous chassait toujours de la cuisine et nous recevions de petites enveloppes rouges porte-bonheur avec de l'argent liquide appelées hongbao. Maintenant, j'aide à cuisiner et je donne des enveloppes rouges à mes cousins ​​et neveux plus jeunes que moi et à mes parents. L'ancienne génération nous a élevés et a tout fourni. Maintenant, nous nous retournons et faisons la même chose.

      Pour notre histoire, McCormick a travaillé avec sa mère pour adapter des recettes familiales de poisson, de boulettes et de riz gluant. "Ce sont ses recettes, modifiées pour une plus petite foule, la commodité et la disponibilité des ingrédients."

      Le Nouvel An lunaire est la plus grande fête annuelle en Asie avec des célébrations qui durent généralement deux semaines. « À New York et à San Francisco, vous trouverez de grands défilés et des feux d'artifice. Mais ici, c'est plus discret, une chance d'être en famille. Ma mère prépare un repas géant. Elle ne sait pas cuisiner avec modération », a déclaré McCormick en riant. "S'il y a 10 personnes qui viennent, elle cuisinera pour 30. C'est fou combien elle peut cuisiner en une seule fois et en quelques heures."

      Le repas comprendra toujours un poisson entier puisque cela symbolise la prospérité pour la nouvelle année, ainsi que du bœuf, du canard et bien plus encore, le tout servi en famille. « J'adore cuisiner, mais aux yeux de ma mère, j'ai encore 5 ans. Elle me laisse juste hacher.

      Il existe de nombreux bons endroits pour savourer un repas du Nouvel An lunaire dans la communauté des restaurants chinois du métro d'Atlanta, mais pourquoi ne pas essayer quelques-uns de ces plats à la maison ? La cuisinière à domicile Jennifer McCormick dit qu'elle obtient tout ce dont elle a besoin au même endroit en se rendant au H Mart ou au Buford Highway Farmers Market.

      Boulettes de porc et de chou (jiaozi)

      McCormick dit que ces boulettes peuvent également être préparées avec de la cuisse de poulet hachée ou du bœuf haché d'au moins 80/20. Vous trouverez généralement les emballages de boulettes vendus congelés.

      Vous pouvez faire bouillir vos boulettes, mais si vous vous inquiétez de la façon dont vous avez scellé vos boulettes, la cuisson à la vapeur ou à la poêle est la voie à suivre. Nous avons fourni des instructions pour la friture à la poêle.

      Il semble que la recette fasse beaucoup, mais 70 boulettes disparaîtront avant que vous ne le sachiez.

      Vous pouvez également préparer les boulettes et congeler ce dont vous n'avez pas besoin tout de suite. Pour congeler, disposer les boulettes formées sur une plaque à pâtisserie et bien envelopper, puis congeler. Une fois congelés, retirez-les dans un contenant ou un sac de congélation et conservez-les jusqu'à deux mois avant la cuisson. Pas besoin de décongeler avant de cuire à la vapeur.

      McCormick utilise souvent de la sauce soja à faible teneur en sodium, mais quand elle l'a sous la main, elle utilise la sauce soja que son père prépare pour son restaurant de Swainsboro.

      • 3 tasses de chou vert finement râpé ou haché (environ 1 livre)
      • 1 carotte, coupée en petits dés
      • 1/3 tasse de vin de cuisine Shaoxing
      • 1/3 tasse d'eau plus 2 cuillères à soupe d'eau, divisé, et plus pour la cuisson des boulettes
      • 1 1/2 cuillères à soupe d'huile de sésame grillé
      • 1 1/2 cuillères à soupe de sauce de soja à faible teneur en sodium
      • 1 1/2 cuillères à café de sel
      • 1/4 cuillère à café de poivre blanc
      • 3/4 livre de porc haché
      • 1 paquet (1 livre) de wrappers de boulettes de style Hong Kong, décongelés
      • 1 cuillère à soupe de farine tout usage
      • Huile végétale pour dorer les boulettes
      • Sauce aux boulettes (voir recette)
      • Huile de Chili, oignons verts tranchés, graines de sésame, pour la garniture
      • Faire la garniture : Dans un grand bol, mélanger le chou, les carottes, le vin, 1/3 tasse d'eau, l'huile de sésame, la sauce soja, le sel et le poivre blanc. Mélanger jusqu'à ce que le tout soit bien mélangé. Ajouter le porc haché et mélanger jusqu'à ce que le tout soit bien mélangé. Vous constaterez peut-être que vos mains sont le meilleur outil pour cela. Mettre de côté.
      • Lorsque vous êtes prêt à faire des boulettes, dans un petit bol, mélangez les 2 cuillères à soupe d'eau et la farine restantes. Tapisser 2 plaques à pâtisserie à rebords de papier parchemin.
      • En travaillant avec 1 emballage de boulette à la fois, humidifiez les bords de chaque cercle avec le mélange de farine. Mettez un peu moins d'une cuillère à soupe de farce au milieu de chaque emballage. Pliez le cercle en deux et pincez l'emballage en haut. Faites ensuite 2 plis de chaque côté, jusqu'à ce que la boulette ressemble à un éventail. Assurez-vous qu'il est complètement scellé. Disposer les boulettes finies debout sur leur fond sur une plaque à pâtisserie préparée, en veillant à ce que les boulettes ne se touchent pas. Répétez jusqu'à ce que toute la garniture ait été utilisée.
      • Pour cuire les boulettes, chauffer une grande poêle à feu moyen-élevé. Ajouter juste assez d'huile pour filmer légèrement le fond de la poêle et agiter pour enrober le fond de la poêle. Ajouter les boulettes, le dessous vers le bas. Ne pas encombrer la poêle. Les boulettes ne doivent pas se toucher. Ajouter 1/4 tasse d'eau et couvrir la poêle. Cuire les boulettes 3 minutes. Découvrir et poursuivre la cuisson jusqu'à ce que toute l'eau s'évapore et que le fond des boulettes soit doré et croustillant. Retirer dans un plat de service. Continuez avec les boulettes restantes, en ajoutant plus d'huile si nécessaire et 1/4 tasse d'eau avec chaque lot. Servir avec de la sauce aux boulettes et garnir d'huile de chili, d'oignons verts tranchés et/ou de graines de sésame si désiré. Donne 70 boulettes.

      Par portion : Par boulette : 38 calories (pourcentage de calories provenant des lipides, 47), 1 gramme de protéines, 4 grammes de glucides, des traces de fibres, 2 grammes de matières grasses (traces de graisses saturées), 2 milligrammes de cholestérol, 108 milligrammes de sodium.

      — Adapté d'une recette fournie par Jennifer McCormick.

      • 1/4 tasse plus 2 cuillères à soupe de sauce soja
      • 1/4 tasse plus 2 cuillères à soupe d'eau
      • 1/4 tasse plus 2 cuillères à soupe de vinaigre de riz non assaisonné
      • 6 gousses d'ail, hachées
      • 1 cuillère à café d'huile de sésame grillé
      • Pendant que les boulettes cuisent, préparez la sauce : Dans un bol moyen, fouettez ensemble la sauce soja, l'eau, le vinaigre, l'ail et l'huile de sésame grillée. Goûter pour l'assaisonnement. Donne 1 tasse.

      Par portion : Par cuillère à soupe : 6 calories (pourcentage de calories provenant des matières grasses, 1), traces de protéines, 1 gramme de glucides, traces de fibres, traces de graisses (pas de graisses saturées), pas de cholestérol, 386 milligrammes de sodium.

      — Adapté d'une recette fournie par Jennifer McCormick.

      Riz Collant au Poulet, Champignons et Saucisse Chinoise

      Ce plat nécessite un peu de préparation car le riz doit tremper pendant quelques heures, les champignons séchés doivent s'hydrater et le poulet doit mariner. Mais une fois cela fait, il se met en place rapidement, puis cuit sans surveillance pendant que vous préparez le reste du repas.

      Le riz gluant à grains courts est souvent étiqueté riz « sucré » et, en effet, le plat fini est si collant que vous pourriez probablement le manger avec vos doigts. Ceux d'entre nous qui ont des problèmes de baguettes trouveront que ce plat correspond à nos compétences.

      Les saucisses chinoises sont généralement fabriquées à partir de porc salé, mariné et fumé. Ils sont stables à la conservation et doivent être réfrigérés après ouverture. On trouve des châtaignes entières cuites à la vapeur avec des légumes asiatiques en conserve.

      • 3 tasses de riz gluant à grains courts
      • 1 1/2 tasse de champignons noirs chinois séchés ou de champignons shiitake séchés
      • 1 livre de cuisses de poulet désossées et sans peau, coupées en cubes de 1/2 pouce
      • 6 cuillères à soupe de sauce soja, divisées
      • 1/3 tasse plus 3 cuillères à soupe de vin de cuisine Shaoxing, divisé
      • 6 gousses d'ail, hachées
      • 2 cuillères à soupe d'arachide ou d'huile végétale, divisées
      • 1 cuillère à soupe de gingembre frais épluché
      • 2 échalotes, tranchées finement
      • 6 onces de saucisse chinoise, tranchées en diagonale en morceaux de 1/2 pouce
      • 1 tasse de châtaignes entières cuites et pelées, hachées grossièrement
      • 2 cuillères à soupe de sauce aux huîtres
      • 2 cuillères à café d'huile de sésame grillé
      • 1 cuillère à café de sel
      • 1/2 cuillère à café de poivre blanc
      • 1 tasse de shiitakes frais tranchés
      • 2 tasses de bouillon de poulet à teneur réduite en sodium
      • Oignons verts tranchés finement, crevettes séchées et échalotes frites, pour la garniture
      • Placer le riz dans un grand bol et ajouter suffisamment d'eau froide pour couvrir le riz de 1 pouce. Faire tremper pendant au moins 2 heures ou jusqu'à 24 heures.
      • Placer les champignons dans un bol moyen et couvrir d'eau tiède. Laisser reposer 30 minutes. Retirer les champignons de l'eau et presser leur liquide dans le bol. Couper les champignons en deux dans le sens de la longueur et réserver. Conservez 1/2 tasse d'eau de trempage des champignons.
      • Dans un bol moyen, mélanger le poulet avec 3 cuillères à soupe de sauce soja, 3 cuillères à soupe de vin et l'ail. Remuer pour enrober le poulet, puis couvrir et réfrigérer pendant 30 minutes.
      • Au moment de cuire, égoutter le riz et bien le rincer sous l'eau froide courante.
      • Chauffer le wok à feu vif jusqu'à ce qu'il fume. Ajouter 1 cuillère à soupe d'huile d'arachide et agiter dans le wok pour enrober la surface. Ajouter le gingembre et les échalotes et faire sauter 30 secondes. Ajouter la saucisse et faire sauter 1 minute. Ajouter les champignons réservés et faire sauter 1 minute. Ajouter les châtaignes et faire sauter 1 minute. Incorporer le 1/3 tasse de vin restant, les 3 cuillères à soupe restantes de sauce soja, la sauce aux huîtres, l'huile de sésame, le sel et le poivre blanc. Retirer le wok du feu. Ajouter le riz égoutté et remuer pour enrober le riz du mélange. Incorporer les shiitakes. Transférer le mélange dans un grand faitout. Ajouter le bouillon et 1/2 tasse d'eau de champignons réservée. Le liquide ne couvrira pas complètement le riz. Porter le mélange à ébullition, puis couvrir et cuire 25 minutes.
      • Pendant que le riz cuit, dans un wok nettoyé, faites chauffer la cuillère à soupe d'huile d'arachide restante jusqu'à ce qu'elle scintille. Égoutter le poulet, jeter la marinade et faire sauter jusqu'à ce qu'il soit bien cuit, environ 5 minutes. Mettre de côté.
      • Lorsque le riz a cuit 25 minutes, retirez le faitout du feu, découvrez et ajoutez le poulet cuit, en jetant tout liquide qui aurait pu s'accumuler pendant que le poulet était assis. Remuez le riz par le bas pour répartir uniformément les ingrédients. Couvrir la casserole et laisser reposer 10 minutes avant de servir. Garnir d'oignons verts, de crevettes séchées et d'échalotes frites, si désiré. Pour 10 personnes.

      Par portion : Par portion : 477 calories (pourcentage de calories provenant des matières grasses, 23), 15 grammes de protéines, 79 grammes de glucides, 6 grammes de fibres, 13 grammes de matières grasses (3 grammes saturées), 22 milligrammes de cholestérol, 996 milligrammes de sodium.


      Si ce n'est pas du café, alors...

      Le format:

      L'élément potentiellement le plus attrayant de Starbucks est le format « troisième place » de la marque qui offre aux consommateurs un endroit où ils peuvent se sentir à l'aise pour passer du temps en dehors du travail et de la maison. L'urbanisation galopante en Chine a provoqué des conditions de vie de plus en plus surpeuplées, des conditions de circulation exacerbées et ouvert la voie à des blocs urbains bruyants dans un état de construction presque constant. Having a reliable and familiar place to spend time, meet friends, and socialise is incredibly valuable for an increasing amount of consumers that need a place to unwind.

      Starbucks outlets have also traditionally served as a place to hold business meetings or even go on dates because of the brand’s premium-orientation in China. Starbucks symbolised a certain refined luxury for higher-income consumers which was initially, and to a certain extent still is, a large part of the appeal, just as it offered an occasional indulgence for lower income earners. To emphasise the cost of a trip to Starbucks , the average spend per transaction in 2015 at Starbucks in China was USD8.87, compared to just USD3.86 for foodservice overall.

      The market for luxury goods and brands is shifting, however, as the middle class expands. As the Chinese economy matures and average disposable income grows, more consumers are able to afford the cost of luxury, including the relative luxury of a cup of coffee at a specialist coffee shop like Starbucks . This means that Starbucks is becoming a more accessible level of the luxury that consumers want and can now afford, and for a potentially wider segment of consumers.

      The menu:

      Starbucks ’ “third-place” format is relatively unique in China, and the novelty of the experience enhances the appeal. Starbucks ’ menu offerings, however, offer a variety of products that include both the imported espresso-based beverages and baked goods that consumers expect, as well as products that are highly familiar and resonate well on a more local level. In China, Starbucks tailors the menu to not only offer greater appeal to Chinese consumers, but the company changes the menu to offer greater appeal across regions and even cities as well.

      Taste preferences in China can change dramatically from region to region, and most cities boast unique dishes, ingredients, and cuisines, a fluid food culture that has a profound impact on taste preferences. Consumers in China’s southern provinces generally offer a preference for sweeter flavours and baked goods, while those in the north opt for more savoury flavours. Spicier dishes are favoured in the country’s west, where certain chili peppers are grown and incorporated in most local cuisines. In Chongqing, for example, a massive urban hub in China’s southwest, Starbucks offers a unique Chili Mocha beverage to tap into strong local preferences for these spicy flavours.

      Tapping into regional taste preferences can have a profound impact on local consumers that are not only potentially more enticed by the products, but feel like they can better relate to the brand even though it isn’t Chinese. Likewise, Starbucks has embraced China’s strong festival culture which is so entwined with food and foodservice . The brand offers a familiar yet distinctly Starbucks ’ version of mooncakes, for example, such as its Caffee Verona or Lychee and Raspberry Mooncakes, which are eaten en masse during the Mid-Autumn Festival, as well as Starbucks -inspired zongzi, which are sweet glutinous rice dumplings consumed during the Dragon Boat Festival each spring.

      The brand:

      Starbucks offers a distinct format with menu offerings that an increasing amount of consumers in China want. Fuelling Starbucks ’ popularity, however, is its widespread brand recognition. In addition to the benefit of having been in the market for decades, the company leverages the use of social media to get the brand in front of as many consumers as possible. China’s social media landscape is exceptionally unique, however, which can be a barrier for international operators. Given the market’s relatively isolated internet culture, which has prevented the most global social media services such as Facebook from entering, domestic services have cropped up instead. The market’s top ten services by active monthly users are all uniquely Chinese.

      Leading social media sites in China by million active monthly users: 2014 vs 2015

      Source: Passport Digital Consumer

      Starbucks is active in WeChat, for example, in which consumers can interact with the brand and become aware of promotions, events, and new products. WeChat is a multi-faceted social networking service in which users can connect and chat with friends, post photos and share stories, and make online and in-store payments, among other things, and is one of China’s most important, and fastest growing, social media services. WeChat’s versatility means that users spend much of their digital activities within this single app.

      As the technology evolves, so has Starbucks ’ social media strategy. In December 2016, Starbucks partnered with Tencent, WeChat’s parent company, to offer consumers the ability to use WeChat to make in-store electronic payments. In addition to making the payment process and transaction experience more seamless for consumers, it also reinforces brand awareness. When consumers use WeChat to make in-store payments at chains like Starbucks , for example, they are automatically connected to that chain’s WeChat page, which initiates a virtuous circle of brand engagement.

      Beyond social media, Starbucks promotes the brand through other important digital channels, such as ecommerce, to further engage consumers. In December 2015, Starbucks partnered with Alibaba’s Tmall.com, one of China’s most popular ecommerce sites. Dubbed the Starbucks Tmall e-Flagship store, this ecommerce platform serves as an extension of the in-store retail experience, as well as a launch pad for exclusive limited-time-only products, such as the Starbucks + Anna Sui collection of co-branded products exclusively offered in some Asian markets during the 2015/2016 holiday period. Consumers can also purchase Starbucks ’ branded e-cards and digital gift cards for friends and family.

      Screenshots of Starbucks ‘ online retail offerings on Tmall.com

      Source: Screenshots of Tmall.com

      Starbucks even partners with some of China’s largest banks to promote brand awareness with special credit cards that provide exclusive and regular discounts or other incentives. Since interest rates are fixed in China, banks cannot compete with one another by offering lower rates on credit cards. Instead, banks will partner with local merchants to offer exclusive product discounts to lure potential consumers. According to Bloomberg, free upgrades on Starbucks beverages ranks among the available incentives. Starbucks ’ use of social media and ecommerce, therefore, and by getting the brand out to as many consumers as possible, fuels its relevance amongst China’s increasingly connected consumers.


      Korean dumplings are filled with a mixture of various meats and vegetables. Mandou is so versatile that you can use any type of meat you like (or none at all). I typically use two types of meat/seafood for the complexity of flavor: pork and beef or pork and shrimp.

      1. Boil water in a steamer. Line the steamer rack or basket with a parchment paper.
      2. Place some mandu in the steamer basket, but be sure to make room between the mandu because they will expand slightly when cooked. Cover and steam for 15 minutes.
      3. Remove and serve with dipping sauce.

      Hope you will give this a try and let me know how it turns out for you.


      China’s Growing Coffee Culture

      M y first thoughts of coffee when I moved to China were ones of longing.

      It was my first time in Asia, and I arrived with a job at a city university and a stubborn commitment to experiencing the culture in as pure a form as I could—forsaking a few of my favorite comforts from home that threatened to dilute the Chineseness of my life there. First off: no coffee. At least not in my apartment every morning. No, I would save it for a treat in the newly opened café on campus, or even the Starbucks downtown. I would learn to wake up to green tea.

      After four months of private deprivation, a university administrator sent an emissary to my door with a small, friendly Christmas present: a neatly wrapped bottle of instant Nescafé. My will was broken, and I drank.

      As soon as I’d washed the bitterness out of my mouth from my first and last cup of instant coffee, I took the hour-long bus ride to the foreign supermarket, in the city’s most upscale shopping mall, and bought a french press. The only bean option was $40-a-pound Lavazza, roasted and ground in Italy. It wasn’t cheap or particularly convenient going back to my morning indulgence, and it certainly wasn’t an exercise in localism, but I found it was possible, and it’s becoming more so every day.

      The Chinese are not typically lovers of coffee, especially not of fresh roasted or specialty coffee, and certainly not as a morning habit. Of the coffee purchased in China’s grocery stores, 98 percent is instant, with the most popular kind being the three-in-one: granulated robusta, powdered creamer, sweetener, and perhaps some other flavoring to cover any remaining coffee taste, all blended in one container. But after more than a decade of corporate pushing and slow evolution of markets and tastes, craft coffee and coffee shop culture have begun to catch on.

      China has had its own coffee farming industry for more than a century, started when a French missionary to the southern province of Yunnan introduced the crop in the late 1800s, and the industry is now rapidly expanding along with national consumption. The International Coffee Organization estimates China now grows more beans than Kenya and Tanzania combined.

      But the production, culture, and business of coffee in China are far from being a cohesive subject.

      The beans grown in Yunnan are all arabica and of middling quality: too good for local consumption, but not good enough for specialty roasters abroad. A large percentage is exported to Germany. Most of what the Chinese drink is imported from Vietnam (the world’s biggest robusta producer), just over the border from Yunnan Province.

      Enjoy a latte with a furry friend at 36th Story in Suzhou, China. (Photos: Ketti Wilhelm.)

      After the first Starbucks outside the US opened in Tokyo in 1996, Communist China was just a few rounds of international expansion behind, with a store in Beijing in 1999. The corporate giant, alternately reviled and revered by coffee drinkers around the world, is a sort of gauge for the status of coffee culture in any market, from national to neighborhood. They won’t go to places that don’t have at least a sprouting taste for craft coffee, but they are shy of pushing into markets with well developed, independent coffee scenes (the very first Starbucks in Italy is being painstakingly planned to open next year).

      Now, after seventeen years in China, Starbucks controls 60 percent of the café market, and about one and a half new Starbucks open in the country every day.

      From the International Coffee Organization’s trade statistics, it’s plain to see how the growing taste for coffee in China over the past decade mirrors the same change in Japan in the 1960s and 1970s. Japan’s full embrace of coffee took several decades, but the islands are now the fourth largest coffee consumer in the world. China trails in seventeenth place, and is only so high on the list because of its population, with the average Chinese citizen drinking only five or six cups in a year. Imagine the demand when the figure reaches one cup a week, let alone a cup or two every morning.

      While the vast majority of Chinese only drink instant coffee and only drink it at home, if at all, a specialty market is slowly taking hold and expanding the market for fresh, high-quality arabica beans. The shops come in two distinct versions: the corporate and the local.

      The more expensive a cup of American-branded coffee is, the more a status symbol it becomes, and the more people want it.

      Starbucks is well known for specializing its shops to fit local tastes, which in China translates to eastern-style architecture for some of their stores, and local menu offerings like green tea frappuccinos and red bean scones. It’s a genius move for the bottom line, and undeniably endearing to the local market, where lots of Chinese people visiting coffee shops don’t want coffee at all. They want tea, sugary drinks, and, most of all, a place to socialize.

      Still, rather sheepishly one afternoon, soon after moving to a new city in China, I visited my neighborhood’s newest coffee shop during its opening week.

      Inside, the freshly texturized, cool gray walls and gray stone flooring matched the soupy, smoggy winter sky. Homey Christmas classics played at a just-right volume, despite it being early November. The young customers were comfortably spread out, peering into laptop and cell phone screens alone or in pairs, looking busy. The flat white I ordered was nothing exceptional, but it was everything I had come to hope for from espresso in Asia. It tasted just like it would in any Starbucks, anywhere in the world. And that, sadly, is exactly where I was: any Starbucks, anywhere in the world. That the brand new store was in the massive, industrial city of Suzhou was a nearly irrelevant detail, despite the tweaked menu.

      Starbucks plainly states on its website that it is “creating a coffee culture in a traditional tea-drinking society.” The honesty of a statement about such contrived cultural change brings into focus the global effort that goes into drinking Starbucks in China: American branding, Italian espresso machines, Central American and African beans, Chinese baristas. It all seems like proof that globalization has won China is Westernized. But coffee culture in China doesn’t always mean cultural homogenization.

      Across the street from the new Starbucks in Suzhou, I soon discovered a spacious coffee shop called 36th Story, owned and run by a thirty-three-year-old Chinese man named Max Wang. He has a small blue rose tattooed on his forearm, a clear sign he’s part of China’s counterculture. He plays smooth jazz and
      R & B, mostly in English, and offers free Wi-Fi, just like you’d find in most coffee shops around the world, but his menu has no English. This is a rarity for a coffee shop here, where English lettering carries hip cachet. The decor mixes European elegance with the classic, kitschy Chinese modern, including giant teddy bears stationed in the chairs throughout the shop.

      Max estimates the popularity of coffee in China has doubled in the past five years, and import figures show his estimate could even be a bit conservative. “That’s why so many Starbucks come to China,” he tells me.

      Max fell in love with coffee after seven years living in Germany. He’s amassed a collection of over 1,000 coffee cups, pots, grinders, and roasters, purchased from all over Europe. And his vision is more about passion than commerce. “I don’t want to have more shops,” he tells me. “I just want to open a coffee museum.” Here in a grimy, provincial Chinese city that doesn’t quite yet share his passion, a museum to coffee would harken back to a purer, less commercial kind of globalization.

      Max says the twenty recipes he’s crafted are the reason for his success. (He’s moved his shop twice now because he ran out of room at the first two, and his happy customers have followed him, despite the neighborhood competition.) While Starbucks injects typically Chinese flavors into the same drinks it sells everywhere in the world, Max concocts complex, intricately layered ones, with flavors such as blue curaçao, peach, mango, and rose, with shots of espresso, and layers of cream and sugar. His drinks are a Chinese take on coffee, not Starbucks’s take on China.

      A sign outside of 36th Story boldly points customers to Starbucks and Costa. The Chinese menu is a rarity for a product associated with the West.

      Still, he hasn’t abandoned the foundations for his market. My espresso tasted fresh and perfectly prepared—not bitter, watery, or simply fake, the way coffee in China often ends up when it finds its way to a cup.

      Max is not worried about Starbucks in the least, he tells me with a quiet certainty. He even has a new sign outside, by the front door: “Starbucks is that way, Costa is the other way, Max is here. (My cups are smaller and my prices are higher.)”

      But in truth, his prices are on par with the competition. The price for a drink at any of the chains, around thirty to thirty-five yuan, converts to five to six US dollars. Coffee still being viewed as an unusual, foreign beverage gives Starbucks a golden opportunity to market itself as an aspirational brand. The more expensive a cup of American-branded coffee is, the more a status symbol it becomes, and the more people want it.

      Max seems to have an instinctive understanding of this concept, and what it means in his country. “It’s hard for me to explain in English,” he tells me, choosing his words carefully. “Starbucks is a machine. That machine is only good for Starbucks. But here, people are more important.”

      36th Story was the first shop I found that excelled at coffee and felt authentic, both true to its surroundings and dedicated to its craft. Despite selling mostly coffee in the land of tea, Max’s shop is undeniably Chinese—an authentically local coffee shop, in a country that is only beginning to discover for itself what that means.

      By creating the culture, as it claims, Starbucks is also making way for independent shops like Max’s to be successful, an economic phenomenon originally noted in the US and dubbed the Starbucks Effect. Independent coffee shops near a Starbucks make more money, not less.

      With both the foreign corporate brands and the locals charging the same price for a product that tastes about the same to customers who are just developing a taste for coffee, it’s anyone’s guess what the future of coffee in China may look like, but the effects of this country’s tastes will surely be felt throughout the industry.

      Ketti Wilhelm is a freelance writer who taught English in Jinan, China.


      Some McDonald's in China Now Only Sell Fries and Soda

      The latest public health scandal in China concerns the Shanghai Husi Food Co., which has been supplying expired beef and chicken to McDonald’s and Yum (which owns KFC and Pizza Hut).

      In the wake of the scandal, McDonald’s in Beijing, Shanghai, and at least four other cities “have temporarily gone vegetarian today,” rapports Quartz.

      The fast food chain is scrambling under allegations that it has been serving expired meat for years. A sign outside of a Beijing McDonald’s says, “Thanks for your support. We are so sorry that we only have these choices for you.”

      Beijing @McDonalds serve nothing but only beverages and fries on July 27 after the meat scandal from Shanghai #Husi. pic.twitter.com/YeYXKrgxBB

      — People’s Daily,China (@PDChina) July 28, 2014

      OSI Group LLC, the Illinois-based parent company of Shanghai Husi, announced over the weekend it is recalling all meat distributed by the meat supplier, one of China’s largest. Besides McDonald’s, Shanghai Husi also supplies meat to KFC, Pizza Hut, Burger King, Chinese Starbucks, 7-Eleven, Ikea, and McDonald’s in Japan and Hong Kong, all of which have been affected.

      Going sans-meat might not help McDonald’s reputation in China, though. “A severely stripped down menu won’t help the chain whose reputation is already taking a beating,” Quartz writes. Footage of Shangai Husi workers extending the use-by date of already expired meat was also released last week.